Récréation

MENAGERIE.

Avez-vous remarqué, comme moi, la façon aimable dont on habille les gens aujourd’hui…( 7 février 1897). Au premier abord, on n’y fait point attention, mais au second rabord, on a l’air d’être employé dans un jardin zoologique.

Il est bête comme une oie, fort comme un bœuf, entêté comme un mulet, il se saoule comme une grive, pleure comme un veau, crie comme un âne, il a de la mémoire comme un lièvre, il marche comme une tortue et est plat comme une punaise. Il est gracieux comme un bull dogue ; traître comme un chat, méchant comme un tigre, bavard comme une pie, collant comme une sangsue. Il est rat, il est chien ; il a une tête de linotte bien qu’il chante comme un rossignol. Il n’a jamais eu la puce à l’oreille bien qu’il dorme comme une marmotte ; il a une araignée dans le plafond et ça lui fait prendre la mouche ; il baille aux corneilles en attendant que les alouettes lui tombent dans le bec ; il pose des lapins et il a une fièvre de cheval… Quelle moule ! quel serin ! quelle buse !… Ouf !….

LARICO

Cf :gallica.bnf  Folichonneries du Dimanche 7 février 1897

———————————————————————————————————————————————————————————–

Le seul moyen de se délivrer de la tentation, c’est d’y céder.

C’est parce la fortune vient en dormant qu’elle arrive si lentement.

Il buvait toutes mes paroles et comme je parlais beaucoup, à un moment je le vois qui titubait.

Si vous possédez un jardin et une bibliothèque, vous avez tout ce qu’il vous faut.

Il faut tendre la main à ses amis sans fermer les doigts.

L’amour est à la portée de tous, mais l’amitié est à l’épreuve du cœur.

L’amitié, ce n’est pas d’être avec ses amis quand ils ont raison, c’est d’être avec eux même quand ils ont tort.

La vie est un sommeil, l’amour en est le rêve,  Et vous aurez vécu,  si vous avez aimé.

Ce sont les grandes occasions qui font les grands hommes.

Les portes de l’avenir sont ouvertes à ceux qui savent les pousser.

L’union des peuples fera la paix du monde.

Le cœur d’une mère est un abîme au fond duquel se trouve toujours le pardon.

Science sans conscience n’est que ruine de l’âme.

Les hommes de génie sont des météores destinés à brûler pour éclairer leur siècle.

Le bonheur n’est pas au bout du chemin, le bonheur est le chemin.

Les chiens ont des maîtres, les chats ont des serviteurs.

On peut rire de tout mais pas avec n’importe qui.

Il est plus aisé d’être sage pour les autres que pour soi-même.

Prenez le temps comme il vient, le vent comme il souffle, la femme comme elle est.

La vie est un défi à relever, un bonheur à mériter, une aventure à tenter.

Fais de ta vie un rêve, et d’un rêve une réalité.

Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas, c’est parce que nous n’osons pas que les choses sont difficiles.

Portes de la salle Jean Deltreuil
Toutes ces maximes sont usinées dans le fer de la porte d’entrée de la salle Jean Deltreuil à La Bachellerie Périgord Noir.

 

———————————————————————————————————————————————————————————

_____________________________________________________________________________________________________________

La dictée qui rend fou !
Cette dictée est incroyable mais vraie. Ne manquez pas de la lire, c’est surprenant.
On dira après que le français n’est pas compliqué !
Ce petit texte, que je vous laisse savourer est une dictée trouvée dans un vieil almanach :
« Monsieur Lamère a épousé Mademoiselle Lepère. De ce mariage, est né un fils aux yeux pers*. (*pers = entre vert et bleu). Monsieur est le père, Madame est la mère. Les deux font la paire. Le père, quoique père, est resté Lamère, mais la mère, avant d’être Lamère  était Lepère.
Le père est donc le père sans être Lepère, puisqu’il est Lamère et la mère est Lamère, bien que née Lepère. Aucun des deux n’est maire. N’étant ni le maire ni la mère, le père ne commet pas d’impair en signant Lamère.
Le fils aux yeux pers de Lepère deviendra maire. Il sera le maire Lamère, aux yeux pers, fils de Monsieur Lamère, son père, et de Mademoiselle Lepère, sa mère.
La mère du maire meurt et Lamère, père du maire, la perd. Aux obsèques, le père de la mère du maire, le grand-père Lepère, vient du bord de mer et marche de pair avec le maire Lamère, son petit-fils.
Les amis du maire, venus pour la mère, cherchent les Lamère, ne trouvent que le maire et Lepère, père de la mère du maire, venu de la mer, et chacun s’y perd ! »
Vous êtes toujours là ?
Bonne journée !
Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s