Vendredi 28 aout 1914 à Elbeuf « lettre d’un soldat »

Publié le

L’état major laisse les Français dans l’ignorance de la situation exacte. Le communiqué du jour est  » Situation inchangée de la Somme aux Vosges « . Ainsi les Allemands sont sur la Somme, alors qu’on les croyait en Belgique.

Dans le Journal de Rouen  du vendredi 28 août 1914,  les lecteurs lisaient :

ELBEUF.

– Lettre d’un soldat. – On nous communique les extraits suivants d’un lettre adressée à une de nos concitoyennes, Mme Grimoin, par son fils actuellement à le frontière de l’Est : « ….. Maintenant, chère mère, je te prie de te consoler, car si je ne reviens pas, c’est que j’aurai sacrifié mon sang pour la patrie, pour mon pays et pour toi. Nous sommes tous frères en ce moment, ………. pourvu que j’en tue quelques-uns et que j’en revienne te voir, ça me fera plaisir……..Je suis toujours aux mitrailleuses, alors je t’assure que si on va sur la ligne de feu, je ne serai pas sans descendre des « pruscots ». Ils meurent de faim, c’est ce qui nous aidera à les tuer le plus vite possible, car ils nous ennuient depuis assez longtemps. »

Foire de septembre. – La foire de septembre dite de « Saint-Gilles » qui s’ouvrira le 1er septembre sera, en raison des événements actuels, exclusivement limitée à la vente des bestiaux, des chevaux et des denrées de première nécessité.

Distribution des prix. – La distribution des prix aux élèves des écoles communales aura lieu, sans aucune cérémonie, le lundi 31 août, à dix du matin, pour les filles (écoles Franklin, Racine et Molière), et à deux heures après midi, pour les garçons (écoles Michelet, Condorcet et Voltaire).

Secours aux Familles et Chômeurs. – La deuxième liste de souscriptions recueillies par le trésorier du comité de secours aux familles des soldats sous les drapeaux et aux chômeurs s’élève à 3301 fr. 45.

Société française de secours aux blessés militaires. – La première liste de souscription ouverte pour le fonctionnement de l’hôpital auxiliaire n°3 installé à l’école Fénelon, a produit la somme de 1980 francs. Les souscription sont reçues à l’école Fénelon de neuf heures à midi et de deux heures à six heures.

– Orages. – Deux orages se sont déchaînés sur la ville dans la matinée d’hier jeudi. Vers dix heures et demie, la pluie tomba en une telle avalanche que les rues hautes furent entièrement dégradées tandis que les carrefours formaient d’immenses lacs. Dans certaines rues, les trottoirs et la chaussée étaient recouverts par les eaux, qui après écoulement, laissèrent un épais dépôt de limon et de gravats. A midi, un nouvel orage qui, comme  le premier, fut accompagné de violents et prolongés coups de tonnerre, s’abattit sur la région et de nouveau les rues furent envahies par les eaux.

ref:JPL3_250-28 aout 1914 – Journal de Rouen (1791-1944)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s