10.02.1915

Journal de Rouen du mercredi 10 février 1915

Elbeuf.Nécrologie. – Nous apprenons la mort de M. Auguste Courtillet, ancien adjoint au maire d’Elbeuf, survenue lundi dernier, dans sa 79ieme année. M. Courtillet, élu conseiller municipal en janvier 1881, avait été constamment réélu jusqu’en mai 1912, époque à laquelle il décida de se retirer de la vie publique. La confiance témoignée par les électeurs pendant trente et une année consécutives, est la meilleure preuve de l’estime dont jouissait à juste titre le regretté défunt.

– Pour nos Blessés militaires. – M. Marsollet (2° versement), 50 fr., à répartir pour moitié entre l’hôpital auxiliaire n°3 (école Fénelon) et l »hôpital auxiliaire n°104 (lycée).

– La Journée du 75. – Exactement 5,033 fr.36, tel est le montant de la recette versée à la mairie pour la journée du 75. C’est un fort beau résultat. Aussi à toutes celles et à tous ceux qui participèrent à ce succès l’administration municipale est-elle profondément reconnaissante. Aux personnes de bonne volonté d’abord, qui collaborèrent avec zèle et tact à la préparation de la journée et constituèrent spontanément, à l’appel du maire un comité d’organisation. Aux quêteuses ensuite, dont l’entrain et le zèle charmants ne se ralentissent pas un instant. Aux habitants enfin, Elbeuviens et Elbeuviennes, dont la libéralité ne fut pas inlassable à donner que l’ardeur des quêteuses à la solliciter.

Journal de Rouen du vendredi 12 février 1915

Elbeuf.Aux réfugiés ardennais. – Le bureau  du comité des réfugiés ardennais qui vient de se fonder à Elbeuf, invite tous les Ardennais réfugiés à Elbeuf et environs à assister à la réunion qui aura lieu dimanche prochai 14 février, à 15 heures, dans la salle des prud’hommes de l’Hotel-de-Ville d’Elbeuf.

Journal de Rouen du vendredi 11 décembre 1914

Elbeuf.Grave Accident de travail. – Un pénible accident s’est produit mercredi dernier, vers quatre heure de l’après midi, prés le hall des marchandises de la gare d’Elbeuf-Ville. M. G. Denis, coffreteur-emballeur, demeurant à Rouen, rue Ganterie, 103, procédait, avec l’aide de plusieurs ouvriers à l’embarquement d’un mobilier, lorsque par suite d’une fausse manœuvre, une caisse pesant plusieurs centaines de kilos ayant glissé l’atteignit à la partie inférieur du corps. Le malheureux fut dégagé aussi rapidement que possible, mais il avait la jambe droite fracturée et l’autre grièvement atteinte. Transporté chez M. Mouchel, cafetier-débitant rue du Neubourg, M. Denis y reçut des soins empressés et peu après le docteur Sorel venait lui faire un pansement que nécessitait la gravité de ses blessures. Sur sa demande, M. Denis était, dans la soirée, reconduit en automobile à son domicile de Rouen.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s